Lettre à mon jeune moi-même : Le petit joueur de hockey !

Sep 11, 2023 | C'est le hockey

Salut Martin, déjà en 1988 et tu as 11 ans, moi aujourd’hui j’en ai 46 et j’ai décidé de t’écrire quelques mots.

Tout d’abord, je tiens à te dire que je pense à toi souvent et que tu ne le sais pas encore mais tu vas passer du bon temps mon chum !

Mais je sais comment tu te sens ces temps-ci, tu es stressé, anxieux et tu as peur.

C’est le camp double lettre !

À chaque fois que tu entres dans le Colisée tu as mal au ventre, tu trembles par en dedans mais tu n’en parle à personne.

Est-ce que tu sais de quoi tu as peur ?

Je sais qu’il y a une petite liste de choses qui te stress.

« En passant, je sais que tu es mal à l’aise d’enlever ton t-shirt devant les autres par ce que tu es gênés du regard de tes camarades
Rassure-toi un événement très précis l’année prochaine à ton arrivée à Trois-Rivières va changer tout cela. » 😊

Aujourd’hui je peux te dire que tu te mets beaucoup trop de pression mon chum.

Tout d’abord sache que lorsque tu as la rondelle sur ta palette tes mains et ton sens du jeu vont te permettre de te démarquer.

Il est vrai aussi que tu es moins rapide que la moyenne et que tu es légèrement en surpoids alors soit intelligent et fait des présences courtes sur la glace.
Arrête de te placer dans des situations ou tu es à bout de souffle, ses situations qui te font mal paraître par ce que tu n’as plus d’énergie.

On est d’accord sur une chose, tu as des mains incroyables !
Cependant tu as tendance à garder la rondelle pour toi. Passe le puck !

Tu as l’avantage d’être capable de créer des choses que peu de joueurs peuvent faire à ton âge mais tu gâche beaucoup de jeu par ce que tu veux être « LE MARQUEUR » alors que ton coéquipier est démarqué ou mieux placé que toi pour inscrire le filet. En fait, tu veux impressionner les coachs avec tes habiletés individuelles, pour reprendre l’expression de notre amie Marie-Claude : « Ça c’est non ! »

Je te le dis tout de suite, tu te nuis beaucoup présentement.

Le mot se passe il t’appelle le « mangeux de puck » !

Rassure toi jeune homme en vieillissant tu vas devenir un très bon fabriquant de jeux !

(De toute façon ton rêve de ptit’ gars de jouer dans la Ligue Nationale va passer assez vite. Tu vas découvrir un autre sport dans quelques années et sans surprise tu vas développer une énorme passion pour la musique. Je te rassure, tu n’auras aucun stress sur scène ou sur un terrain de football !)

Je reviens au hockey, désolé je viens de faire un Mathieu de moi-même en ouvrant cette parenthèse !

Je sais que tu as de la visite à la maison ce week-end. Et que tu te couches tard parce que vous avez du gros fun à vous amuser au ping-pong et à Blade of Steel jusqu’à trop tard le soir alors que les parents discutent, mangent et rient eux aussi comme des enfants en haut dans la cuisine.

Je te précise que c’est aussi important ces moments que ce fameux camps double lettre !
Par ce que ton père est en train de t’enseigner que la famille, c’est une grande table, et tout le monde autour !

Oui, c’est vrai à 8h30 demain matin ça va être dur et tu vas être fatigué.

Ce sont aujourd’hui les dernières coupures, je t’avertis, ça ne va pas super bien aller.
Aujourd’hui tu vas « choker ».

Tu es fatigué et irritable !

Tu vas faire rire de toi quand tu vas te changer, il y a un gars que va rire de la forme de ton chest. Je t’épargne les mots qu’il va utiliser ! Ça va te faire beaucoup de peine, tu vas apprendre aujourd’hui que le hockey ce n’est pas juste du hockey ! Et l’effet d’entraînement dans la chambre va faire en sorte qu’une grosse frustration va t’empêcher de bien jouer et surtout de te concentrer pendant la pratique.

Tout long de la séance sur glace tu ne penses qu’à une chose, sacré ton camp à la maison !

Je vais te le dire tout de suite, tu vas te faire retrancher Martin.

La petite course que tu as fait pour la rondelle placée au centre de la glace, tu te souviens ils ont déplacé un gars dans l’autre colonne pour que tu courses contre lui ?
Bien c’était entre lui et toi pour le dernier poste disponible.
Tu n’étais pas loin, une grande foulée !

Étrangement, même si tu souhaitais plus que tout faire partie des Loups Pee-Wee CC tu vas sentir une grosse pression s’enlever de tes épaules et tu vas repartir à pied avec ton sac de hockey sur ton dos. Tu vas remonter la côte St-Michel jusqu’à la rue Kitchener et tu vas essuyer tes larmes avant d’entrée dans la maison.

Jamais tu ne vas parler de ce qui s’est réellement passée ce jour-là.

Je le fait pour toi aujourd’hui !

Ah oui, dans un mois ils vont te rappeler pour que tu te joignes à eux prétextant qu’ils se sont trompés et tu vas refuser !
C’est la bonne décision.

En passant, sais-tu de quoi tu as peur en entrant à l’aréna ?

Je vais te le dire :
Tu as peur que ton anxiété et ton stress nuise à tes performances !
C’est effectivement le cas, je te rassure l’année prochaine à Trois-Rivières tu vas rencontrer un entraîneur qui va grandement t’aider avec ça.
Il va changer ta façon de voir le hockey à tous jamais.

Et comme tes oncles, ton père et ton frère avant toi, tu es entraîneur aujourd’hui, ça te sert énormément dans tes interventions avec les jeunes hockeyeurs.
Comme quoi il y a du positif dans tout les situations mon boy ! Sans cette anxiété de performance jamais tu aurais pu aider les kids aujourd’hui !

Je te réécris bientôt, on parlera de ton arrivé dans le Bantam !